Vous êtes dans l’impasse? Voici des alternatives gratuites à PowerPoint

Powerpoint domine le marché des logiciels de présentation. N’est-ce pas? C’est indiscutable. Personne ne dira le contraire.

Dans le cadre professionnel, de nombreuses personnes sont appelées à faire des présentations à des investisseurs, des clients, à des équipiers et autres. Mais parfois, le contexte ne vous permettra pas d’avoir accès à un ordinateur pourvu de PowerPoint installé. Pourtant il faudra bien assurer votre présentation. Que faire? Il faut utiliser une alternative. C’est le sujet de cet article.

La réponse libre : Impress

Le logiciel Impress dédié aux présentations et assurément l’une des réponses libres à Microsoft. Il est intégré à la fois à la suite LibreOffice et à la suite OpenOffice. Ce logiciel particulièrement simple à prendre en main fonctionne sur toutes les plateformes de bureau (Linux, MacOS, Microsoft).

D’un simple réglage, vous avez la possibilité d’enregistrer toutes vos présentations dans des formats compatibles avec le logiciel Microsoft Office dans le cas d’une collaboration des ePub et des PDF. Et si d’aventure les templates et les divers accessoires de présentation installés d’office s’avèrent insuffisants, il vous est toujours possible d’effectuer des téléchargements à nouveau sur le site de LibreOffice (ou bien d’Open Office, en fonction de vos préférences).

À la sauce KDE : Calligra Stage

Programme de présentation gratuit, Calligra Stage fait partie de Calligra Suite qui est une suite bureautique intégrée, développée par KDE.  Open Document est le format d’exploitation de base de CalligraStage. C’est en décembre 2010 que la bureautique Calligra a pris le relai de KOffice.

Si vous n’aimez pas les déclinaisons Open/Libre Officle et que néanmoins vous désirez un logiciel libre, Calligra Stage est la solution idéale pour vous. Le résultat est alors un magnifique outil assez sobre dans son usage, en proposant des résultats complets, permettant ainsi d’intégrer via des plug-ins plusieurs éléments qu’on ne trouve pas toujours dans une présentation classique. Calligra est l’une des rares solutions à part Windows, macOS et Linux qui soient compatible avec freeBSD.

Keynote, pour l’univers Apple

Keynote est la solution proposée par Apple pour la réalisation de vos présentations, que vous soyez sur votre iPad, votre iPhone ou encore sur votre ordinateur. Tout comme la plupart des logiciels de la compagnie à la pomme, Keynote offre un design particulier et une prise en main intuitive grâce à sa conception soft et assez bien pensée. Ainsi les fonctionnalités restent assez basiques bien qu’efficaces. La plus-value est qu’il vous est possible de sauvegarder une présentation automatiquement dans iCloud et poursuivre le travail dessus sur un tout autre appareil Apple.

De plus, reconnaissez-le il est plus élégant de faire une présentation simplement d’un glissement du doigt sur une tablette ou sur un smart phone plutôt que d’ouvrir en grand un ordinateur portable. N’est-ce pas ??!!!

FramaSlides, le tout en ligne

Si vous avez besoin de solutions ponctuelles de présentations et que vous ne disposez pas d’une connexion internet, c’est simple, faites usage de FramaSlides !!! c’est une solution qui vous permet de faire des présentations faciles et efficaces sur la base du logiciel Strut. Les fonctionnalités qu’offre Strut sont nombreuses : vidéos, sites Web et formes, intégrations d’images, formatage de texte et choix des couleurs, transitions et bien d’autres. Toutefois, la plus simple demeure encore une démonstration n’est-ce pas ? Il faut savoir que FramaSlidesest un service collaboratif.

Son utilisation nécessite la création d’un compte ou une connexion via un compte utilisateur existant pour les autres services de Framasoft.

PowToon : de la vie dans ses présentations

Le logiciel PowToon est un logiciel commercial en Saas. Il est nécessaire et vous permet de créer rapidement vos propres présentations animées, et aussi d’exporter sous forme de vidéos YouTube pour intégrer dans votre site. Ou encore en guise de présentation (dans le cas où vous disposez d’une connexion internet en salle)

Commercialisé tel un Freemium, Powtoon offre une version gratuite dotée de 100 Mo d’espace de stockage, ainsi qu’une résolution standard pour vos vidéos (avec bien évidement la présence du logo Powtoon). Le cas échéant, vous pouvez tout aussi bien souscrire à un abonnement à partir de 19 dollars /mois si vous avez de gros besoins.

Le logiciel PowToon facilite le processus de création via une interface claire et ergonomique. Ceci permet la réalisation en seulement quelques minutes d’une animation de qualité professionnelle. Une fois inscrit sur la plateforme, vous pouvez directement créer votre premier Powtoon. Selon votre convenance, vous avez le choix de créer soit une vidéo, soit un diaporama. Dans le second cas, le Powtoon se propose comme une alternative fiable à PowerPoint.

Vous pouvez donc à partir d’une page blanche utiliser de dizaines de modèles prédéfinis que propose la plateforme de façon assez rapide et efficace. Il ne vous restera donc plus qu’à les personnaliser à votre aise et suivant votre contenu. C’est une méthode très efficace pour vous faire la main sur l’outil après quoi vous pourrez vous lancer sur des projets ambitieux.

Évolution et extinction de l’écosystème Microsoft

Microsoft, autrefois fleuron des sociétés technologiques, a-t-elle encore un avenir avec la nouvelle génération?

Pour les petites entreprises ou les consommateurs en 2018, Microsoft n’a pas d’écosystème. La synergie existante entre les différents produits Microsoft est presque nulle et rien ne retient les usagers dans les produits Microsoft lors du passage d’une catégorie à une autre.

Depuis des décennies, Microsoft dispose d’un écosystème performant. Du coup, les anciens peinent à penser au passé. Nous étions tenus captifs dans le monde de Windows et d’Office lorsque nos seuls appareils informatiques étaient les PC. La seule dénomination de Microsoft dans les années 90 lui permettait d’éteindre Netscape par intégration d’internet explore à Windows. C’est là un bel exemple classique de l’usage du lock-in pour concurrence déloyale.

Nous sommes donc malgré nous restés fidèles aux programmes Office, car devenus dépendant des développeurs et de la commodité de formats de fichiers omniprésents qui construisaient des programmes et des compléments d’interaction avec les programmes Offices. Pourtant aujourd’hui, Microsoft n’a pratiquement plus de division Windows.

Toutefois, il existe toujours les restes de cet écosystème. Windows est resté pendant de nombreuses années la plateforme dominante dans le domaine de l’informatique personnelle. (Depuis plus d’une décennie, aucun nouveau programme Windows important n’a été mis sur pieds). Du fait de la qualité de la productivité, Windows restera le choix de nombreuses entreprises.

Et même en termes de rendement pour les nouvelles et les jeunes entreprises, de nombreux développeurs ont opté pour des applications mobiles entrainant ainsi la diminution de la loyauté envers les programmes Office.

Il n’y a aujourd’hui pas grande importance d’appeler un écosystème Microsoft, pour au moins deux raisons :

  • Nous faisons quotidiennement plus usage des smartphones au détriment des ordinateurs, ceci quelque soit la mesure utilisée. Ainsi donc depuis bien des années, les ventes d’ordinateurs personnels connaissent une baisse constante et on n’entrevoit pas le bout. Et il va de soi, que nous achetons en termes absolus plusieurs fois plus de smartphones que d’ordinateurs et le fossé ne cesse de s’agrandir. Microsoft n’a visiblement rien à faire pour créer des synergies qui impacteront à nouveau nos usages d’appareils mobiles ou même nos achats.
  • La fidélité des usagers à Microsoft a considérablement chuté au fil des ans de produits de qualités douteuses et des promesses non tenues.

Les jeunes écoliers grandissent avec Chromebooks, google effectue nos recherches et nos cartes, les divers foyers s’emplissent d’assistants google chrome et Amazon Echo, différents domaines dans lesquels Microsoft n’a pas pu persévérer face à la pression de la concurrence.  Il y’a eu effondrement des murs qui entouraient le jardin de Microsoft.

Ceci n’est en rien une surprise pour Microsoft qui depuis plus d’une dizaine d’années maintenant voit cela se produire. La firme a déployé des efforts conséquents pour retarder au mieux l’extinction de son écosystème de consommateurs. Elle a tenté de créer diverses expériences multiplateformes et multiappareils avec Office et Windows pour étendre la fidélité de Microsoft aux appareils mobiles. Ceci s’est fait dans un premier temps avec Windows Phones, ensuite avec les applications Microsoft.

Les efforts se poursuivent aujourd’hui quoique sans conviction. Nous avons permanemment des publicités pour le navigateur Edge, aussi l’apparence occasionnelle de Cartana, comme pour faire croire que quelqu’un s’en soucie et bien d’autres encore. Toutefois, il existe un écosystème Microsoft en pleine expansion.

Liaison entre les produits de l’entreprise et les services Cloud de Microsoft

Les services Cloud de Microsoft sont étroitement liés aux produits de l’entreprise, car les grandes firmes sont fortement encouragées à faire usage des produits Microsoft. Ceci a pour effet d’alimenter l’expansion de Microsoft et se présente comme un gage d’avenir certain, dans un segment qui n’entre pas directement en concurrence avec les autres géants du domaine.

Depuis plusieurs décennies, Microsoft explose les serveurs de grandes firmes. La connexion aux ordinateurs, l’accès aux divers programmes et fichiers est exécutée par Active Directory qui en assure la gestion et dont les entreprises sont totalement dépendantes. Cette dénomination est dorénavant étendue avec Azure Active Directory, offrant ainsi aux entreprises la possibilité de faire des déploiements hybrides afin d’exploiter leurs infrastructures présentent et l’étendre jusqu’au Cloud.

Et réciproquement, les firmes peuvent choisir d’étendre leurs bases de données SQL Servers déjà acquises, ainsi que d’autres programmes centrés sur serveur dans le Cloud dans des configurations hybrides. Ces firmes restent des clients Microsoft lorsqu’elles abandonnent les serveurs sur site. Car il est à noter que Microsoft facilite de manière impressionnante le fait de rester un de ses clients plutôt que d’extraire un programme existant et le recommencer à zéro. Ce qui est un important incitatif pour de nombreuses firmes.

L’ensemble des programmes de l’entreprise Microsoft est conçu pour fonctionner en synergie et de façon totalement transparente. C’est d’ailleurs clairement ce type d’écosystème qui fut mis sur pieds par Microsoft dans les années 90 pour fidéliser les consommateurs, récupérés aujourd’hui par Google et Apple. De manière exclusive ou presque, l’écosystème de Microsoft a pour cible les entreprises.

Quel est votre avis sur le sujet? Dites-le-nous dans les commentaires.

Pourquoi désactiver le protocole LLMNR dans Windows Server?

LLMNR ou Link-Local Multicast Name Resolution, soit en français résolution de noms multidiffusion n’est pas tout à fait important dans les réseaux modernes. C’est pourquoi il laisse la porte ouverte aux diverses attaques “man-in-the-middle“. Dans cet article, nous vous disons comment le désactiver.

Lors de ses récents travaux, une ingénieure Susan Bradley de CSO a su déployer des serveurs à base d’images Windowws Server 2019. À l’issu, elle a pu établir des réseaux avec Active Directory (AD). Durant le processus d’installation et de migration vers AD 2019, elle a souvenance de ses échanges en ligne concernant Active Director, ainsi que des attaques visant précisément le service de Microsoft. L’une des solutions préconisées pour amoindrir l’impact lié à ces attaques est de désactiver le protocole LLMNR (Link-Local Multicast Name Resolution), lequel permet la résolution de noms DNS (Domain Name System). Le nom d’hôte vers une adresse IP- hostname-to-IP- est fourni par LLMNR via un paquet multicast et l’envoie à travers l’ensemble du réseau.

Dans le processus de diffusion, il est demandé à toutes les interfaces d’écoute de répondre dans la mesure où elles reconnaissent distinctement le nom d’hôte. L’envoi à l’adresse réseau multicast est fait à partir de LLMNR via un port UDP 5355 qu’il utilise. Pour l’identification du serveur d’un partage de fichiers, Windows utilise LLMNR. Lorsqu’il reçoit une réponse, il transfère les informations d’identification de l’utilisateur directement au serveur.

Pourquoi faut-il désactiver LLMNR ?  

Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir ce qui se passerait si un imposteur ou un attaquant man in the middle (MitM) se glissait entre le client et ce serveur de fichiers ?  En effet, si la réponse LLMNR est perçue par l’attaquant, cela traduirait que Windows est en même de divulguer le hachage des différents identifiants de l’utilisateur à un tiers pas fiable.  Si l’attaquant est intelligent, il peut transmettre au serveur de fichier disponible ce hachage, ceci sans que le réseau ne puisse jamais constater une anomalie. La plupart du temps, LLMNR est sollicité lorsque l’usage du DNS a pris le dessus. Du coup, lorsqu’un dysfonctionnement est constaté dans la chaine de résolution du fait de la désactivation de LLMNR, il faut nécessairement annuler ce paramètre. Cependant, l’interrogation qui demeure est celle de savoir si la fonction qui dépend de ce protocole désuet.

Comment procéder à la désactivation de LLMNR ?

Désactiver LLMNR dans la rubrique politique de groupe est tout un procédé qui passe par :

  • La création d’une nouvelle stratégie de groupe ou encore la mise à jour d’une stratégie de groupe existante suivi de l’édition telle que suit :  configuration de votre ordinateur- modelés d’administration – réseau- client DNS.
  • Activation de la politique « désactiver la résolution de noms multidiffusion » par le réglage de sa valeur sur l’option « Activé ».

Pour ce qui est de la rubrique politique de groupe local, vous devez suivre cette démarche :  configuration de votre ordinateur- réseau- client DNS.

Activation de la politique « désactiver simplement la résolution de noms multidiffusion » en réglant sa valeur sur la touche « Activé ».

Le processus de désactivation en ligne de LLMNR est le suivant :

REG ADD

 “HKLM/ Logiciels/ policies/Microsoft/ Win

NT/NDNSClient

REG ADD

“HKLM/Software/policies/Microsoft/ Windows

NT/DNSClient”/v EnableMulticast”/t

REG_DWORD/d “0” /f

Comment effectuer la désactivation du service de nom NetBios sur les anciens systèmes ?

La plupart du temps, LLMNR reste visible dans les réseaux avec partage de fichiers déclassés et de plus anciens OS serveur. Lorsqu’un client se trouve dans l’impossibilité de résoudre un nom d’hôte à partir du DNS, il peut alors faire recours au LLMNR (Link-Local Multicast Name Resolution). Ce protocole (LLMNR) est utile dans les réseaux IPv6 et IPv4. Et en cas d’échec du LLMNR, le relai est assuré par le service de nom Net BIOS Name Service (NBNS). Ce dernier fonctionne uniquement avec l’IPv4. Raison pour laquelle il est nécessaire de désactiver LLMNR ainsi que NetBIOS Name Service.

NBNS ne pourrait être désactivé en procédant par la politique de groupe. Il faudra faire usage d’un script. Il peut aussi être désactivé manuellement sur toute machine au besoin en observant ce procédé :

  • Sur un ordinateur, ouvrir le panneau de configuration, aller dans Réseau et centre de partage – Modifier les paramètres de l’adaptateur- Connexion locale- Double- cliquer sur Internet Protocol Version 4- Avancer- WINS

(Windows Internet Name Service) –

Désactiver NetBios over TCP/IP.

Désactiver le NDNS via des propriétés serveur DHCP, pour un domaine avec des clients DHCP passe par :

  • L’ouverture de la console de gestion snap-In du DHCP
  • L’ouverture d’Option de Scope pour le réseau à protéger
  •  Clique avec le bouton droit de la souris sur l’option Configurer les options
  • Clique sur l’onglet avancé et changer classe fournisseur en Option Microsoft Windows 2000
  • Une clique sur la case 001 Microsoft Disable NetbIOS Option dans la section Options disponibles
  • Régler la saisie de données sur Ox- Cliquer sur OK dans le cadre ” Saisie de données”

Au cours du renouvellement des adresses par des clients les paramètres sont actualisés et le NBNS ne peut plus être activé dans le réseau. En cas de migration vers de nouvelles versions de Windows Server, assurez-vous de n’avoir pas conservé d’anciens paramétrages obsolètes et vulnérables.

Rust: les expériences de Microsoft se déroulent bien, mais certaines fonctionnalités manquent

Microsoft a réécrit un composant Windows de bas niveau dans le langage Rust. Les ingénieurs ont qualifié l’expérience  de “globalement positive”.

Microsoft a présenté aujourd’hui un état d’avancement de ses expériences d’utilisation du langage de programmation Rust au lieu de C et C ++ pour écrire des composants Windows.

En bref, les expériences se sont bien déroulées et les ingénieurs ont décrit le travail avec Rust comme “généralement positif”. Cependant, certaines fonctionnalités manquent, mais l’entreprise est disposée à aider et à faire avancer le projet.

Les expériences de Microsoft sur Rust

Microsoft a commencé à expérimenter avec Rust au cours de l’été. Dans une série d’articles sur son blog, la société a annoncé qu’elle explorerait l’idée de réécrire divers produits dans Rust, un langage de programmation construit à partir de la base, dans un souci de sécurité.

Le géant de l’informatique basé à Redmond a déclaré s’intéresser à Rust car, au cours des dix dernières années, plus de 70% des correctifs de sécurité qu’il a expédiés ont corrigé des bugs liés à la mémoire, problème pour lequel Rust avait été créé.

Cependant, Microsoft n’a pas précisé quels produits bénéficieraient de l’apport de Rust, mais a informé les utilisateurs qu’elle informerait les utilisateurs de l’évolution des expériences.

Aujourd’hui, près de quatre mois plus tard, nous avons reçu les premiers commentaires.

J’ai été chargé de la réécriture expérimentale d’un composant système de bas niveau de la base de code Windows “, a déclaré Adam Burch, ingénieur logiciel chez Microsoft Hyper-V, dans un article de blog aujourd’hui .”Bien que le projet ne soit pas encore terminé, je peux dire que mon expérience avec Rust a été généralement positive”, a ajouté Burch.

En général, les nouveaux composants ou les composants existants dotés d’interfaces propres seront les plus faciles à porter sur Rust“, a déclaré l’ingénieur Microsoft.

Fonctionnalités manquantes, mais une réelle envie d’aider

Cependant, tout ne s’est pas passé comme prévu. Il aurait été irréaliste si nous nous attendions à ce qu’ils le fassent. Burch a évoqué le manque de transmutation sûre, de prise en charge sécurisée des unions de style C, d’affectation faillible et de prise en charge de tests unitaires à l’échelle, nécessaires pour l’infrastructure de test de code tentaculaire de Microsoft.

Je suis convaincu que, chez Microsoft, nous pourrons contribuer à ces efforts visant à façonner l’avenir du langage afin d’améliorer son utilité dans ces scénarios“, a déclaré Burch.

L’ingénieur Microsoft a déclaré qu’il envisageait un avenir prometteur pour Rust dans les microcontrôleurs et les systèmes bas niveau tels que les noyaux et les hyperviseurs, où les fonctionnalités de sécurité du langage le rendront attrayant une fois abouti.

Actuellement, des efforts visant à amener Rust à la parité avec C sont en cours , démarrés et pris en charge par Intel, un autre acteur majeur sur le marché des microcontrôleurs.

Si Microsoft approuve les réécritures Rust pour certains composants de Windows, il devrait se dépêcher s’il veut être le premier fabricant de systèmes d’exploitation à le faire, car le projet Linux envisage également d’utiliser Rust pour certains de ses pilotes de noyau.

Microsoft Japon a testé une semaine de travail de quatre jours et sa productivité a bondi de 40%

L’expérience du mois d’août a permis d’obtenir des réunions plus efficaces et des travailleurs plus heureux, prenant moins de congés.

Microsoft a testé une semaine de travail de quatre jours dans ses bureaux au Japon et a constaté que les employés étaient non seulement plus heureux, mais nettement plus productifs.

Pour le mois d’août, Microsoft Japon a expérimenté un nouveau projet appelé «Défi Work-Life Choice Summer 2019», offrant à l’ensemble de ses 2 300 employés cinq vendredis de suite sans baisse de salaire.

Les semaines réduites ont conduit à des réunions plus efficaces, des travailleurs plus heureux et une productivité accrue de 40%, a conclu la société à la fin de l’essai. Dans le cadre de ce programme, la société avait également prévu de subventionner les vacances en famille des employés jusqu’à 100 000 ¥ ou 920 USD.

Travaillez peu de temps, reposez-vous bien et apprenez beaucoup“, a déclaré Takuya Hirano, président et directeur général de Microsoft Japan, dans un communiqué publié sur le site Web de Microsoft Japan. «Je veux que les employés réfléchissent et expérimentent comment ils peuvent obtenir les mêmes résultats avec 20% de temps de travail en moins.” Outre l’augmentation de la productivité, les employés ont pris 25% moins de congés pendant l’essai et la consommation d’électricité a diminué de 23% au bureau avec le jour de congé supplémentaire par semaine. Les employés ont imprimé 59% moins de pages de papier au cours de l’essai. La grande majorité des employés – 92% – ont déclaré aimer la semaine plus courte.

L’expérience n’est pas la première fois que de longs week-ends sont expérimentés dans le monde de l’entreprise. En 2018, Perpetual Guardian, une société de gestion fiduciaire néo-zélandaise, a testé une semaine de travail de quatre jours sur deux mois pour ses 240 membres du personnel. Les employés ont signalé un meilleur équilibre travail-vie personnelle et une plus grande concentration au bureau. Le niveau de stress du personnel a diminué de 7%.

Les travailleurs ont souvent dit qu’ils pourraient être plus productifs en passant moins de temps au bureau. Une étude menée par le cabinet de conseil en ressources humaines Robert Half auprès de 1 500 travailleurs et de 600 directeurs des ressources humaines a révélé que 66% des travailleurs déclaraient vouloir travailler moins de cinq jours par semaine.

Une autre expérience publiée par le Harvard Business Review montre des journées de travail plus courtes, une diminution de la journée de travail moyenne de 8 heures à une journée de travail de 6 heures, une productivité accrue. Un sondage réalisé en 2018 auprès de 3 000 employés par le Workforce Institute de Kronos a révélé que plus de la moitié des travailleurs à temps plein pensaient pouvoir faire leur travail cinq heures par jour.

Le défi de Microsoft au Japon n’était qu’un projet pilote, a déclaré la société au Guardian dans un communiqué, et il n’est pas clair si ces changements seront mis en œuvre dans des bureaux situés ailleurs ou à plus long terme. Il prévoit de mettre en œuvre une autre itération du défi cet hiver.

Dans un esprit de croissance, nous sommes toujours à la recherche de nouvelles façons d’innover et de tirer parti de notre propre technologie pour améliorer l’expérience de nos employés du monde entier“, a déclaré un porte-parole de Microsoft.

La nouvelle application Office de Microsoft pour iOS et Android combine Word, Excel et PowerPoint

Qui a dit que Microsoft était morte?

Elle vient de sortir une nouvelle application. Cette application mobile est un hub central pour tout ce qui concerne Office.

Microsoft dévoile aujourd’hui une nouvelle application Office pour iOS et Android. Alors que le géant du logiciel avait des versions séparées de Word, Excel et PowerPoint disponibles sur iOS et Android depuis des années, cette nouvelle application Office est conçue pour les combiner en un seul téléchargement. Vous pourrez accéder à des documents récents dans l’application ou même en créer de nouveaux en numérisant du texte ou des tableaux à partir de votre téléphone.

Des curieux testent la nouvelle application Office sur iOS depuis quelques jours et les retours sont positifs. Pour eux, Microsoft a réussi à combiner toutes les fonctionnalités des applications Word, Excel et PowerPoint distinctes dans une seule application Office. Les applications sont identiques, mais elles sont désormais regroupées dans une seule application considérablement plus petites que les applications distinctes Word, Excel et PowerPoint.

Cette nouvelle application ressemble désormais à un hub central permettant à Microsoft de présenter toutes les nouvelles fonctionnalités ajoutées progressivement à Word, Excel et PowerPoint au cours des derniers mois. La section « Actions  importantes » comprend la possibilité de transférer des fichiers de votre ordinateur vers un téléphone, de convertir des images en texte ou en tableaux, de numériser des images en PDF et même de numériser des codes QR. C’étaient des fonctionnalités qui étaient toujours cachées auparavant, mais elles seront probablement utilisées fréquemment maintenant qu’elles sont apparues en haut de cette application Office. Ce sont également des tâches rapides utiles que vous êtes plus susceptible d’utiliser sur un téléphone que sur un PC.

Parallèlement à cette nouvelle application Office, Microsoft a dévoilé sa nouvelle version Fluent Design du logo Office. Au cours de la dernière année, Microsoft a peaufiné les icônes utilisées pour diverses applications Office. Le nouveau logo global d’Office est une version plus colorée de l’icône orange plat que la société utilise depuis quelques années. Elle est incluse dans cette application Office pour iOS et Android et sera utilisée ailleurs dans Office.com et les autres applications Office de Microsoft dans les mois à venir.

Si vous souhaitez essayer cette nouvelle application mobile Office, Microsoft lance aujourd’hui une version beta publique. Elle n’est disponible que sur les téléphones pour le moment, et donc, pas encore de support pour les tablettes Android. Les utilisateurs d’Android peuvent s’inscrire ici , et il est disponible sur TestFlight pour iOS ici .